Aujourd’hui je vais vous expliquez comment promener son chien ! Il y a des choses à prendre en considération pour adopter un style de promenade. Soyez conscient que toutes les races ne se ressemblent pas, les promenades de votre compagnon à 4 pattes sont bien sûr fonction de ses goûts… et des vôtres.

Mais de nature sportive ou plutôt casanière, il faudra également tenir compte de ses qualités physiques, de sa taille mais aussi de son âge. Il y a des chiens qu’on a du mal à suivre et d’autres qui ont du mal à suivre !

 

comment promener son chien dehors

 

En promenade, vous avez des chiens qui n’ont aucun plaisir à trotter sur le béton mais ils adorent aller et venir à vos côtés lorsque vous courez en forêt. D’autres, en revanche, préfère de loin faire simplement le tour du pâté de maison…

La personnalité et les caractéristiques de la race se mêlent.

Prenons ensemble quelques exemples : Le Jack Russell Terrier est une boule d’énergie qui doit absolument se dépenser, vous pouvez le promener sur un long parcours, il est infatigable, plus la balade sera longue, plus il sera comblé.

En revanche le Bulldog Anglais ne vit pas du tout dans le même monde, c’est tout l’inverse à cause de son côté paresseux et pantouflard !

 

Comment promener son chien ?

Quelle que soit la race, le tempérament propre à chaque individu et l’âge jouent un rôle dans le style de promenade à adopter.

 

Nez au sol…

Autres exemples : le Schnauzer géant, de façon générale, il est curieux, fouineur et avance le nez au ras du sol. Il marque des arrêts à tout bout de champ.

Les longues virées à allure soutenue ne sont pas à son goût. Le jogging ? IMPENSABLE !… Vous le perdriez à coup sûr.

Cependant, il lui faut plusieurs sorties quotidiennes, mais sans bousculade : les maitres d’ordinaire pressés, stressés ou impatients devraient s’abstenir de choisir un tel animal. Ils se rendraient mutuellement malheureux.

Pour de longue promenade, il serait plus sage de se pencher vers le Schnauzer au mini gabarit qui est beaucoup plus dynamique et plus endurant que le format imposant.

Les molosses comme le St Bernard ou le Bouviers Bernois, le Rottweiller et j’en passe… font aussi partie de la même classe que le Schnauzer géant.

 

Au pas !

Si vous êtes un maître amateur de marche interminable, je vous conseil de vous orienté sur un chien randonneur, ex : le chien de traineau avec lui, pas d’inquiétude, il ne fatigue jamais en tête du hit parade de ces randonneurs, le chien de traineau, allie puissance, énergie et résistance.

Les chasseurs comme le Labrador ou le cocker Spaniel ne laissent pas leur part au lion.

Le Doberman, le Berger allemand, et même le Bobtail sont d’excellents marcheurs. Parmi les gabarits réduits, il faut se tourner vers les terriers tels que le Westie ou le Yorkshire… : petits mais…solides !

 

Droit devant

Maitres pantouflards et grincheux, restez à l’écart !

Voici le genre de chien fonceur. Il tire sur la laisse pour couvrir la distance la plus longue possible ou pour atteindre un congénère. Il adore le jogging, court sur terrain plat de préférence, et doit éviter la chaleur.

Des courtes étapes du début, de 1 à 2 KM, il passe très rapidement à des distances tout à fait honorables : il est souvent difficile à suivre. Les sorties à vélo sont recommandées.

Toujours plus loin, toujours plus vite !

Il se nomme Husky, Doberman ou Berger Malinois

 

Deux en un

Certaines races ont la chance d’appartenir à deux catégories : elles cumulent les talents Le Doberman est à la fois fonceur et randonneur.

Le cocker Spaniel est plutôt renifleur et randonneur. Mais celui qui montre le plus d’avantages est souvent le bâtard qui additionne les qualités de ses ancêtres. Il répond aux critères recherchés par la plupart des maitres : c’est un marcheur de grand talent qui a plaisir à avancer la truffe au sol.

 

Conseil supplémentaire

1Km a pied, ça use les coussinets…

Un chien parcourt environ de trois à quatre fois la distance que couvre son maitre. Pour les petites tailles, un trajet de 1 à 2Km par jour par jour semble être correct.

Pour les grandes tailles, il en faut souvent davantage !

Cependant, ne forcez jamais la dose : s’il boite, halète de façon anormale ou rechigne à l’effort, alors faites marche arrière !

 

Le socialiser

Le jeune chien a un besoin de dépense très important, mais la promenade est aussi un moyen de le socialiser : il découvre le monde, les humains et ses congénères.

Jusqu’à 4 mois : méfiance !

Les vaccins ne sont pas encore efficaces à 100% .

 

© Halfpoint – Fotolia.com