Pour ceux qui l’ignorent, Thierry Bedossa est le docteur vétérinaire comportementaliste qui a participé à la célèbre émission Happy Dog diffusée le samedi après midi sur M6. Sa collaboration pour cette production avait pour objectif d’aider les familles en difficultés avec leurs chiens.

Il y a quelques jours, j’ai décidé de contacter Thierry Bedossa pour répondre à deux questions qui reviennent souvent sur la castration du chien mâle. Quel intérêt de faire castrer un chien ? Et la castration peut-elle stopper les mauvais comportements du chien ?

Afin d’y voir plus clair et de ne pas prendre cette démarche à la légère, Thierry Bedossa nous donne son point de vue sur l’impact biologique et comportemental que peut engendrer la castration.

 

thierry bedossa

 

Mais avant, voici un bref résumé de son parcours professionnel :

Thierry Bedossa a été ancien élève de l’école vétérinaire d’Alfort (ENVA) dans le Val-de-Marne. Il a continué ensuite ses études en étant interne à l’hôpital vétérinaire de l’université de Montréal. C’est dans les années 90 en Amérique du Nord, qu’il découvre le renforcement positif et la punition négative.

Depuis quelques années, il est également attaché de consultation en médecine du comportement du CHUVA (ENVA).

Thierry Bedossa  a écrit et publié plusieurs livres sur l’éducation et comportement du chien :

– Vendre un chiot équilibré

– Comportement et éducation du chien

– Tout sur le toutou

– L’éducation canine

En 2004, il crée avec la collaboration de plusieurs personnes l’association AVA. Un refuge situé en Normandie ayant pour vocation première l’assistance et la protection des vieux animaux abandonnés. Thierry Bedossa est aussi Président de la Société francophone de Cynotechnie (SFC).

 

Interview de Thierry Bedossa sur la castration du chien mâle :

 

Jean-Luc Fourtier : Pourquoi castrer un chien ?

Thierry Bedossa : En dehors des problématiques médicales, notamment les affections de la prostate et certains cancers loco-régionaux hormono-dépendants, la castration d’un jeune mâle pubère permet de diminuer la témérité de celui-ci. Lorsqu’un maître est dépassé par le tempérament affirmé de son jeune chien mâle, la castration peut lui permettre de mieux le gérer.

Elle peut aussi dissuader les comportements de certains jeunes mâles très excités sexuellement et/ou qui « urinent » partout pour marquer.

Pour les biologistes et les scientifiques investis dans « l’animal welfare », la castration est considérée comme une atteinte à l’intégralité de l’individu, préjudiciable au développement et à l’expression d’un ensemble de comportement faisant partie du répertoire normal des comportements de l’espèce. C’est également mon opinion.

Je m’efforce de ne pas castrer les chiens mâles que je possède, mais je suis le premier à reconnaître qu’ils peuvent demander dès lors plus de vigilance pour être « gérés ».

La castration n’est par ailleurs jamais anodine sur le plan biologique, notamment pour l’immunité, mais aussi pour d’autres fonctions métaboliques.

 

Jean-Luc Fourtier : La castration peut-elle arrêter les comportements indésirables chez le chien ?

Thierry Bedossa : Selon mon expérience et selon des données scientifiques relativement consensuelles, la castration d’un jeune mâle agressif pourrait aider favorablement dans la plupart des cas. De même pour un jeune mâle qui urine partout et de manière inappropriée à l’intérieur des habitations.

Hélas, l’issue d’une castration de jeune mâle n’est pas systématiquement aussi favorable. Si l’agressivité, le marquage ou la masturbation ont été des comportements appris pendant des mois et qu’ils correspondent à des circuits neuronaux de plaisir et de récompense, la castration pourrait alors avoir un impact très faible, nul ou négatif.

De même, certains jeunes mâles ont appris à agresser pour mettre à distance car ils ont en fait peur de certains de leurs congénères du même sexe. La castration risque alors d’avoir un impact négatif sur leur agressivité que l’on voit augmenter après celle-ci.

Sur les mâles matures et seniors, n’est selon mon expérience, presque jamais recommandable pour diminuer la survenue ou la sévérité des comportements indésirables. Il n’y a d’ailleurs pas d’études scientifiques qui prouveraient le contraire. Il y a même quelques études scientifiques qui associent tardive des mâles et apparitions ultérieures de cancer de la prostate !

 

Jean-Luc Fourtier : Merci à Thierry Bedossa d’avoir répondu avec transparence sur la castration du chien mâle. Mais surtout de nous avoir livré de précieux conseils. J’espère que ces informations vous aideront à prendre une décision plus réfléchie pour votre compagnon à 4 pattes.

 

Pour en savoir plus sur Thierry Bedossa : 

www.avarefuge.com

www.myk6.fr

www.sfcyno.com

www.petinthecity.fr

www.cliniqueveterinairepontdeneuilly.fr

www.cliniqueveterinairechampionnet.fr

Thierry bedossa/Facebook