Recevez un email privé chaque matin pour éduquer son chien

Nos emails sont gratuits et remplis de conseils bienveillants pour avoir un chien bien éduqué

Si votre chien manifeste des troubles du comportement sexuel, consultez votre vétérinaire car la frontière entre les attitudes normales et excessives n’est pas toujours facile à définir.

Il arrive parfois que le chien monte sur la jambe du maître ou sur celle d’un invité. Il peut aussi adopter un comportement sexuel avec des congénères mais aussi avec des espèces non-canines.

 

Comportement normal chez le chien

Le comportement normal chez le chien

Nous allons voir ensemble trois cas normaux : ce comportement dérive de l’acte sexuel, est très gênant. Le chevauchement avec stimulation du coït vaginal peut s’exprimer tout à fait normalement dans trois cas précis :

La dominance : la posture place le vis à vis à sa merci, en état de dépendance. Cet acte existe dans le répertoire comportementale de combat. En cas de bagarre, cette conduite peut apparaître au début de l’engagement ou à la fin.

L’excitation : lorsqu’une femelle en chaleur est à proximité, le mâle poussé par son instinct va chercher à apaiser son excitation. Ce comportement sexuel est naturel.

La mauvaise socialisation : un chiot orphelin élevé sans la présence de ses frères et soeurs, ou qui a été adopté très jeune par les maitres, sera hyper socialisé aux humains. A l’époque où se fixent de manière indélébile les caractéristiques du futur compagnon sexuel, l’homme sera mémorisé. Le chiot devenu adulte cherchera comme partenaire un humain, en général son maitre.

 

Voici un exemple en vidéo sur un comportement sexuel normal chez le chien :

 

Troubles du comportement sexuel chez le chien

Le comportement anormal du chien

C’est le résultat d’une frustration, liée au maître ou au milieu. Dans ce cas le comportement apparaît en dehors de la présence (à proximité ou à distance) d’une femelle en chaleur et se répète souvent.

Cette conduite est typique chez les chiens trop gâtés, ayant des propriétaires permissifs. Au cours des jeux, le chien va faire des tentatives en embrassant la jambe entre ses antérieurs ou en simulant l’acte sexuel, montant sur le dos du maitre si celui-ci est au sol.

Il s’agit d’une dominance à connotation sexuelle qui s’inscrit dans la logique d’un supérieur hiérarchique.

 

Voici un exemple en vidéo sur les troubles du comportement sexuel du chien :

 

Comment corriger ces troubles du comportement chez le chien ?

Il faut tout d’abord que vous recherchez les causes naturelles, comme la présence d’une femelle en chaleur chez les voisins. dans ce cas, vous mettrez votre chien à l’écart pendant la période litigieuse s’il est trop agité et excité.

Il faudra s’arranger pour l’emmener promener et courir loin de la maison afin qu’il libère son énergie. Il faudra ensuite tenter de dévier son attention à chaque fois qu’il aura ce type d’attitude. Si lors du jeu, votre chien tente de s’agripper à votre jambe, il ne faut surtout pas le punir.

En général, les chiots font des essais, il est évident qu’il ne faut pas les laisser réussir, cela deviendrait vite une très mauvaise habitude. Il convient donc de changer les idées du chien en lui jetant sa balle ou son jouet, en se mettant à courir, en prenant la laisse pour le départ à la promenade…

Un chien trop gâté qui domine son maître doit être en quelque sorte remis à sa place sèchement. Vous devez reprendre votre statut de chef de meute et exiger une obéissance sans faille de la part de votre chien.

Cependant, votre chien devra apprendre  ou réapprendre à exécuter les ordres. L’animal devra par ailleurs accepter certains interdits, il ne pourra plus monter sur les genoux, s’installer sur le fauteuil ou dans votre lit…

Il faut aussi que vous sachez canaliser ses démonstrations d’affection !

 

Pour conclure

Ces troubles du comportement chez le chien ont été observés chez des sujets qui n’ont tissé aucun lien d’attachement pendant leurs premières semaines de vie.

Ils souffrent donc d’une carence d’imprégnation. Ce trouble du comportement est typique de la dépression de détachement, l’une des pathologies comportementales les plus graves que l’on connaisse dans l’espèce canine.

 

© Morten Almeland – Fotolia.com