Dernièrement, l’éducatrice canine Michèle Levert m’a contacté pour me démontrer son intérêt envers un de mes articles. Après quelques échanges par email, je lui ai demandé si une entrevue textuelle sur son expertise l’intéresserait. Elle m’a aussitôt répondu que cela était une excellente idée

Pour ceux qui me connaissent déjà, vous savez que j’aime interviewer des éducateurs canins chevronnés. Car pour moi, il n’y a rien de plus enrichissant que de vous partager les techniques et les outils qu’ils utilisent pour éduquer son chien dans le plus grand respect.

Michèle Levert de mimigriotte
Michèle Levert en photo avec sa chienne Griotte

Tout d’abord, pour ceux qui découvrent ici Michèle Levert, voici un bref résumé de son parcours professionnel :

Michèle Levert est éducatrice canine au Québec. À travers son métier, elle aide les gens à bâtir une relation respectueuse avec leur compagnon à 4 pattes. Depuis plusieurs années, Michèle Levert continue de suivre différentes formations sur le comportement canin, l’entraînement, le langage, la psychologie du chien.

Rencontre avec « une spécialiste des méthodes amicales et positives en éducation canine ».

Pouvez-vous nous dire qui vous êtes et nous présenter votre site ?

Je m’appelle Michèle Levert, et je suis éducatrice et intervenante en comportement canin, au Québec.

Mon métier est une passion. Je suis extrêmement fière d’aider les gens à bâtir une relation respectueuse, de confiance et de coopération avec leur chien plutôt que s’instaure un cycle de punition/frustration qui nuit aux deux parties. Ma mission : aider les gens pour que leur quotidien soit harmonieux avec leur chien.

C’est dans ce but que j’offre, sur mon site mimigriotte.com, outre mes services locaux, des ressources variées : un programme de cours vidéo canins en ligne pour outiller les propriétaires de chiens à prévenir ou travailler certains problèmes de comportement ; une bande dessinée originale mensuelle ; des articles de blogue ; des entrevues vidéo avec divers professionnels du monde canin et des personnalités médiatiques amoureuses des chiens. Le tout avec humour et enthousiasme !

Comment êtes-vous devenu éducateur canin professionnel ?

Jamais je n’aurais pensé être aujourd’hui éducatrice canine, et encore moins être présente sur le Web avec un programme de cours en ligne !

Mon parcours a débuté par l’achat de ma chienne Griotte, il y a 10 ans. J’ai fait tout ce que je déconseille aujourd’hui à mes clients : j’ai acheté sur un coup de tête un chiot, dans une animalerie, sans connaître la race, et, en fait, sans rien connaître des chiens !

Mon fantasme du chien « idéal » a vite été remplacé par la constatation que mon chien était doté d’un fort caractère et d’un tempérament anxieux. Mais ne voyant rien de tout ça, et dépassée par les réactions de Griotte, j’ai été la faire « dresser » dans une école prônant des méthodes punitives, ce qui a empiré tous ses problèmes.

Mais mon chien était malheureux, et moi aussi. De plus, j’avais brisé le lien de confiance qui existait entre nous. Alors en 2012, me disant que cette situation était invivable et avait assez duré, je me suis tournée vers des formations prônant le renforcement positif comme méthode éducative et d’apprentissage.

J’ai réalisé l’ampleur de mon incompréhension des chiens, et cela marqua le début de mon cheminement dans l’acquisition de connaissances dans le domaine de la psychologie et de la communication canines. À travers ce voyage dans l’univers canin, je me suis découvert une passion. J’ai encore plein de choses à apprendre, car ce domaine est vaste et complexe, mais j’ai aujourd’hui le privilège d’exercer ce beau métier et j’en suis très reconnaissante !

À travers mes multiples rencontres canines et humaines, j’ai enrichi mon coffre à outils pour mieux cibler mes interventions. Car nos clients humains et leur chien ont beaucoup à nous apprendre.

Pour cela, il faut savoir garder l’esprit ouvert, être capable de se remettre en question, faire preuve d’empathie envers le propriétaire qui vit de la frustration envers son chien, et envers le chien qui se sent parfois incompris de son humain. Car fondamentalement, tout part d’un problème de communication.

Pour en savoir plus sur mon histoire, visitez la section « À propos » de mon site Web : mimigriotte.com/a-propos/

Quel est votre parcours professionnel ?

Disons que j’ai exercé mille métiers dans ma vie, je me suis cherché longtemps. J’ai vécu en Europe, exercé le métier de comédienne, et plus tard, celui de correctrice d’épreuves, seule devant mon ordinateur. En parallèle, je me formais en éducation canine, mais je retardais le moment de m’annoncer professionnellement, car je n’avais pas suffisamment confiance en moi et trop peur pour faire le pas avant.

Je croyais que je n’étais pas prête et que je n’avais pas acquis assez de connaissances pour bien aider des clients et des chiens. Mais des collègues, un jour, m’ont « mis un bras dans le tordeur », c’est-à-dire qu’ils m’ont proposé de rencontrer un client près de chez moi qui vivait une problématique semblable à celle que j’avais vécue avec mon chien.

Ma première réaction a été de dire : « Non, non, voyons donc, je n’ai aucune expérience ! » On m’a répondu que si je ne traversais pas la barrière de mes peurs, je n’allais jamais acquérir d’expérience. Et ils avaient raison ! Finalement, après bien des hésitations, j’ai sauté ! J’ai vu ce premier client, puis un autre, puis un autre, et j’ai pris de l’expérience et de la confiance en moi.

J’ai donc commencé à travailler comme intervenante en comportement canin dans ma belle région des Hautes-Laurentides au Québec. Je donne également des maternelles pour chiots, et des consultations privées pour bien partir avec son chiot. J’adore le contact avec les clients et les chiens ! Avec le temps, j’ai réalisé que mon action était limitée à ma petite région, et j’ai eu envie d’élargir ma clientèle et d’utiliser mon expertise de comédienne pour développer un projet vidéo original qui pourrait aider un plus large bassin de population.

C’est ainsi qu’est né mon projet de cours canins sur le Web. Non seulement j’ai eu un plaisir fou à monter ce projet, mais je peux dire que je ne me cherche plus ; je suis exactement à ma place dans la vie ! Mon souhait est le plus cher est que mes cours aident réellement les gens avec leur chien !

Quelle est votre philosophie pour le métier d’éducateur canin ?

L’éducateur canin a la mission de faire comprendre aux propriétaires de chien que celui-ci ne produit pas un comportement pour les embêter, mais qu’il agit ainsi parce qu’il vit une émotion. Cela change complètement le point de vue de l’humain envers son chien, et l’aide à adopter une attitude qui favorise l’empathie et la collaboration, qui est au centre de ma mission.

Je trouve important que le propriétaire de chien réalise que la punition et les méthodes coercitives provoquent de la frustration chez le chien et par là, augmentent les problèmes de comportement. Mais surtout, que la punition brise le lien de confiance que le chien porte à son humain.

Il est essentiel que l’humain puisse saisir l’émotion qui sous-tend un comportement canin, et qu’il ne se contente pas de vouloir régler simplement l’expression du comportement. Il faut changer le fond (l’émotion), pas seulement la forme (le comportement). Par exemple, demander à un humain d’arrêter d’avoir peur dans un avion ne changera pas l’émotion de peur qui l’habite. Ce parallèle peut être fait avec le chien.

Il est donc important de travailler à changer l’émotion pour changer le comportement. On ne peut pas demander à un chien d’arrêter de faire quelque chose, on peut lui demander de faire autre chose à la place, ce qui crée une nouvelle association positive en remplacement de l’association négative auparavant mise en place.

Le cœur de mon enseignement vise à aider l’humain à comprendre son chien et à développer une relation respectueuse et collaborative avec lui. Je vise également à outiller au mieux le propriétaire de chien pour qu’il puisse bien intervenir avec lui.

Pour cela, je travaille avec un renforçateur comme de la nourriture (ou le jeu pour les chiens joueurs) et j’utilise une technique qui déclenche la motivation ainsi que le plaisir chez le chien, ce qui le pousse à adopter rapidement le comportement désiré et à délaisser celui qu’on veut éliminer. J’insiste également sur la connaissance du langage canin qui, s’il était mieux connu, préviendrait l’apparition de plusieurs problèmes de comportement.

Quels accessoires canins et techniques utilisez-vous pour l’éducation du chien ?

J’accorde beaucoup d’importance à la dépense d’énergie chez le chien, car l’ennui et le manque d’activité sont la source de nombreux problèmes de comportement. Malheureusement, trop de chiens sont au chômage sur le canapé…

C’est pourquoi je propose de nourrir le chien dans des jouets interactifs et de ranger définitivement le bol de nourriture dans le placard. Il existe sur le marché une multitude de balles, puzzles, accessoires interactifs pour nourrir nos chiens. Nous travaillons pour manger, les animaux sauvages aussi, pourquoi pas notre animal de compagnie ? Un bol interactif permet au chien de manger moins vite, de faire travailler ses mâchoires et son intellect, ce qui lui permet de dépenser son énergie. Et comme nous disait toujours un de mes mentors, un chien fatigué est un chien heureux !

Pour la marche en laisse, je déconseille le collier car dès que le chien tire, nous avons le réflexe de tirer nous aussi, et cela déclenche le réflexe d’opposition chez le chien, ce qui induit un cercle vicieux de « je tire-tu tires… »… De plus, la tension sur le collier risque d’endommager les organes internes du chien, dont la trachée, et la thyroïde, organe essentiel à son bien-être.

Je préconise un harnais pour la promenade ; c’est plus confortable et plus sécuritaire pour le chien. Pour l’apprentissage de la marche en laisse pour un jeune chien, je suggère parfois un harnais avec attache frontale. Le chien, lorsqu’il tire, est ramené naturellement vers l’humain.

Dans tous les cas, il est essentiel de travailler un bon apprentissage de la marche en laisse. Je conseille aux propriétaires de faire des va et vient avec leur chien en le rappelant avant qu’il soit au bout de sa laisse et de le féliciter avec enthousiasme et gâteries lorsqu’il revient. Le chien apprend ainsi qu’il est payant de rester près de son ou sa propriétaire.

Pour moi, il n’est pas nécessaire que le chien marche au pied. Ce qu’on veut, c’est un « sourire » dans la laisse, c’est-à-dire une laisse détendue.

Et enfin, pour moi le rappel est tellement important que je conseille à mes clients de profiter de toutes les occasions pour rappeler leur chien et le féliciter. D’en faire une habitude, à l’intérieur comme à l’extérieur, est essentiel pour éviter non seulement les fugues, mais aussi des mauvaises rencontres et des accidents malheureux qui pourraient être évités si le chien a un bon rappel.

Quels conseils donneriez-vous à ceux ou celles qui souhaitent devenir éducateur canin ?

Être éducateur canin, c’est travailler avec des chiens, certes, mais aussi avec des humains. Il faut donc être doté d’une bonne capacité relationnelle et avoir de l’empathie pour bien intervenir avec le ou les propriétaires du chien. Même en face d’un client difficile, il faut lui trouver quelque chose de positif, aimer quelque chose chez lui, sinon nous ne lui serons d’aucune aide.

J’ajouterais que c’est un métier où il faut avoir une bonne capacité d’écoute, autant pour le client que pour le chien que nous tentons d’aider. N’oublions pas que notre but est de rééquilibrer le système humain-chien pour que tout le monde trouve sa place et s’y sente bien.

Aussi, il est important de bien s’informer avant de choisir une formation pour devenir éducateur canin. Le formateur ou la formatrice doit être à jour dans son domaine, et afficher clairement dans son offre les formations qu’il ou elle a suivies. De plus, le plan de cours doit être clair et détaillé, et la formation doit correspondre à vos valeurs profondes.

Pour conclure cette interview, avez-vous un avis, une pensée, un message, à faire passer aux lecteurs ?

J’aimerais terminer en soulevant ce point important : quand votre chien vous fait passer un mauvais moment parce qu’il produit un comportement qui vous dérange (il est réactif envers les étrangers, il protège son os, il jappe à vous écorcher les oreilles), rappelez-vous que lui aussi passe un mauvais moment. Votre chien est un être à part entière avec des émotions et des besoins. Comprendre ses émotions et combler ses besoins fera diminuer le comportement gênant et renforcera votre relation !

Merci beaucoup d’avoir répondu à toutes ces questions et de nous faire partager vos précieuses informations sur l’éducation et le comportement du chien.

Michèle Levert du site mimigriotte.com